fbpx
La Masterclass
fr

par Katia Coudray

PDG d'Asteria Investment Managers

Mesurer l’impact peut être difficile – surtout lorsqu’il s’agit d’investissements. 

Afin de clarifier le sujet, il est important de partager notre définition de l’investissement à impact. L’investissement à impact vise à investir avec l’intention de faire une contribution sociale ou environnementale positive.* Bien qu’il existe différents types d’impact, cet article se concentrera sur la décarbonisation à titre d’exemple. 

L’objectif de la décarbonisation est d’atteindre une réduction cible des émissions de CO2 dans un délai déterminé.  

En ce qui concerne les actions, nous pouvons utiliser une série de chiffres clés pour mesurer la décarbonisation. Tout d’abord, nous pouvons quantifier les émissions actuelles d’une entreprise, ce qui permet d’obtenir un score d’intensité carbone. Il est important de noter que cette métrique n’est qu’un instantané dans le temps et ne fournit pas de projection future… 

Il est difficile de prédire les émissions futures dans le secteur privé car les efforts des entreprises pour gérer les émissions peuvent être fortement influencés par des facteurs externes (par exemple, les réglementations sectorielles et les prix des matières premières). 

Dans cette optique, une façon d’identifier les entreprises à impact positif est ce que l’on appelle « l’approche descendante et ascendante ». L’approche descendante identifie les entreprises à impact positif qui centrent leurs activités sur un produit, un service ou une technologie qui crée un impact positif. L’approche ascendante reconnaît la mesure dans laquelle une entreprise mène des activités ayant un impact, même si son modèle commercial n’est pas nécessairement axé sur des initiatives ayant un impact. 

Il y a deux défis à relever pour mesurer les actifs avec l’approche descendante et ascendante. Le premier est la disponibilité des données, à laquelle il est heureusement remédié par la tendance émergente à la transparence des entreprises et à la divulgation des données. 

Le second défi consiste à comprendre réellement l’éventail des activités ayant un impact que les entreprises peuvent mener. C’est pourquoi les investisseurs ont intérêt à créer un ensemble de critères de notation qu’ils peuvent utiliser pour évaluer objectivement et systématiquement les entreprises en fonction de leur impact. 

Mesurer l’impact ne se limite pas à attribuer un score aux entreprises. Il est important de mesurer tout l’impact positif qu’une entreprise investie génère, par exemple, les tonnes d’émissions de CO2 évitées, les GWh d’énergie verte produits, ou les litres d’eau traités. 

Il existe deux façons d’aborder la mesure de l’impact 

Une façon est d’évaluer ce que chaque entreprise divulgue. Une autre consiste à aborder la mesure de l’impact avec une perspective systématique de haut en bas. Quelle que soit la méthode choisie, toute mesure doit être liée à un scénario de référence pour être interprétable. 

Une combinaison de notation d’impact descendante et ascendante crée un moyen systématique d’identifier les opportunités d’investissement à impact positif. Cependant, le score ne révèle pas l’impact exact généré par les activités des entreprises investies.  

Mesurer l’impact ne se limite pas à attribuer un score aux entreprises. Il est important de mesurer tout l’impact positif qu’une entreprise investie génère, par exemple, les tonnes d’émissions de CO2 évitées, les GWh d’énergie verte produits, ou les litres d’eau traités. 

Pour conclure, nous pouvons mesurer l’impact de deux manières – soit de manière ad hoc ligne par ligne, soit de manière systématique dans une perspective descendante. La première est la plus utile pour les projets clairement définis, tandis que la seconde offre une solution pour mesurer de manière cohérente l’impact sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement d’une entreprise. 

*Source: Investopedia 

***

Avis de non-responsabilité :
Alpian lancera ses services peu après l’entrée en vigueur de sa licence bancaire et sera disponible pour le public au troisième trimestre de 2022. 
Le contenu de toute publication sur ce site web est uniquement destiné à des fins d’information.

À propos de l'auteur

Katia a plus de 20 ans d’expérience dans des fonctions d’investissement et des rôles de cadre supérieur.

Avant de lancer Asteria, elle était PDG de SYZ Asset Management, la société de gestion d’actifs indépendante du groupe SYZ, et membre du comité exécutif du groupe.

Auparavant, elle a passé 11 ans à l’Union Bancaire Privée, développant et gérant une gamme de stratégies pour les marchés émergents et dirigeant la fonction de développement de produits.

Elle a été membre du comité exécutif de la division de gestion des actifs. Elle a commencé sa carrière en tant qu’analyste financière et gestionnaire de fonds principal.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.