fbpx
La Masterclass
fr
glaciers
La façon dont les actionnaires usent de leur influence sur les entreprises dans lesquelles ils investissent peut faire une énorme différence dans la façon dont ces entreprises agissent. C’est particulièrement important lorsqu’il s’agit de protection du climat : la divulgation des émissions de CO2 n’est que le premier pas vers un modèle économique plus neutre sur le plan climatique.
Commençons par le début.

Qu’est-ce que l’engagement actionnarial ?

L’engagement actionnarial (également appelé engagement des investisseurs) est le rôle actif que joue un investisseur en discutant directement et en favorisant le dialogue avec les entreprises dans lesquelles il investit.

Ce terme fait généralement référence aux investisseurs principaux (les actionnaires qui détiennent une part importante ou la plus grande part d’une société) ou aux investisseurs institutionnels (les sociétés ou organisations qui investissent de l’argent pour le compte d’autres personnes) et moins aux investisseurs privés ou aux actionnaires mineurs.

L’objectif de l’engagement actionnarial est de parvenir à plus de transparence, de protection de l’environnement, de responsabilité sociale et de gouvernance d’entreprise raisonnable.

L’objectif de l’engagement actionnarial est de parvenir à plus de transparence, de protection de l’environnement, de responsabilité sociale et de gouvernance d’entreprise raisonnable.

Pourquoi l’action est plus puissante que l’exclusion

Le rôle actif de l’actionnaire est la base d’une politique d’investissement crédible et durable. La contribution au changement climatique ainsi apportée a un impact bien plus important que ce qui peut être obtenu en excluant des entreprises ou des secteurs qui agissent de manière non transparente ou nuisible.

Cependant, l’exercice des droits des actionnaires dans le cadre de la gestion de portefeuille nécessite des ressources supplémentaires. Le temps consacré à cette tâche et les connaissances spécialisées requises entraînent des coûts supplémentaires et constituent un obstacle à la mise en œuvre.

Une sélection ciblée doit être effectuée afin d’investir dans des entreprises qui ne se contentent pas de simples affirmations, mais suivent réellement des modèles d’affaires écologiques. Ce qui est nécessaire, c’est la possibilité d’un échange avec le top management pour pouvoir atteindre l’objectif souhaité.

Bien qu’il soit difficile de mesurer l’effet de l’engagement des investisseurs, il est difficile d’imaginer des efforts environnementaux efficaces sans la participation active des investisseurs.

Comment obtenir des résultats concrets par l’engagement actionnarial ?

Une solution pragmatique consiste à prendre part à des initiatives telles que la Climate Action 100+. L’initiative, fondée en 2017 avec plus de 600 investisseurs et des actifs d’environ 55 000 milliards de dollars américains, constitue non seulement une grande puissance d’investissement, mais crée également une focalisation commune sur les actions qui peuvent avoir le plus grand impact.

De la transparence à la transformation

L’initiative poursuit deux lignes d’action : la transparence et la réduction des émissions. Comme première étape vers le dialogue et la transformation, les entreprises sont encouragées à divulguer leurs émissions de CO2. Le dernier rapport TCFD montre qu’en 2015, seules 5600 entreprises ont divulgué l’intégralité de leurs émissions de CO2 dans le cadre d’une enquête CDP, alors qu’en 2020, 9600 entreprises l’auront fait. Le CDP est une ONG (organisation non gouvernementale) qui s’efforce de sensibiliser à la protection du climat en publiant les données climatiques des entreprises.

Seulement vingt entreprises dans le monde sont responsables d’un tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre. Cela signifie que des résultats significatifs peuvent être obtenus avec un engagement ciblé des actionnaires.

Réduire les émissions pour renforcer la neutralité climatique

Une fois les émissions divulguées, les entreprises seront invitées à s’engager à réduire leurs émissions afin d’atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris sur le climat. Jusqu’à présent, seules quelques entreprises ont pris un tel engagement – mais il faut savoir que seulement vingt entreprises dans le monde sont responsables d’un tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre. Cela signifie que des résultats significatifs peuvent être obtenus avec un engagement ciblé des actionnaires.

L’engagement actionnarial porte ses fruits

L’engagement va bien au-delà de la pression exercée sur certaines entreprises. Le dialogue direct entre les actionnaires et les dirigeants aide l’organisation à modifier certaines pratiques d’entreprise, à se positionner de manière plus intelligente que ses concurrents et à éviter de porter atteinte à sa réputation, prévenant ainsi des pertes financières. En outre, les entreprises qui communiquent leurs émissions de CO2 de manière transparente et s’efforcent de devenir climatiquement neutres bénéficient d’un accès plus facile à des capitaux bon marché. Alors que les cours de bourse des entreprises durables ont sous-performé au cours de la première décennie du XXIe siècle, c’est le contraire qui se produit aujourd’hui.

Pourquoi l’engagement actionnarial ne suffit pas pour atteindre la neutralité climatique ?

L’engagement actionnarial est sans aucun doute une meilleure alternative que l’exclusion de certains secteurs essentiels au bon fonctionnement de notre économie. Cependant, son efficacité a aussi des limites : seules les entreprises cotées en bourse sont concernées. De larges pans du secteur privé ou des gouvernements ne peuvent pas être influencés par elle. En outre, la plupart des engagements des investisseurs portent sur la réduction des émissions, mais cela ne suffit pas à enrayer le réchauffement climatique. Pour y parvenir, il faut financer le remplacement des combustibles fossiles par des sources d’énergie renouvelables. Par conséquent, les objectifs de l’accord de Paris sur le climat ne peuvent être atteints que si les investissements sont réalisés dans des entreprises innovantes, durables et neutres sur le plan climatique, qui ne rejettent pas de gaz à effet de serre et ont donc un effet positif sur l’environnement.

***

Avis de non-responsabilité :

 Alpian lancera ses services peu après l’entrée en vigueur de sa licence bancaire et sera disponible pour le public au troisième trimestre de 2022. 

Le contenu de toute publication sur ce site web est uniquement destiné à des fins d’information.

À propos de l'auteur

Lancée en 2019 avec le soutien du Groupe REYL, Asteria est une société de gestion d’actifs entièrement dédiée à l’impact investing. Pour Asteria, la finance doit s’adapter à l’évolution de la société et de ses besoins, en intégrant les enjeux environnementaux et sociaux à la performance financière et en faisant converger les capitaux vers des investissements durables et prospectifs.
En décembre 2020, Asteria a annoncé un partenariat stratégique avec Obviam, un investisseur d’impact suisse avec plus de 20 ans d’expérience.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.