Recherche de

Talk Exchange

Alexander Inchbald, artiste de l’extrême, explique comment changer votre relation à l’argent

byInsa Schniedermeier
parInsa Schniedermeier
Insa Schniedermeier

Alexander Inchbald est un « artiste de l’extrême », un coach d’entreprise, un auteur de best-sellers et le fondateur du« Masterpiece program », où il aide les gens à retrouver leur créativité et à libérer leur « artiste intérieur ». Pour i-vest, nous avons parlé avec lui du pouvoir de la créativité, et de la façon dont nos croyances et notre esprit influencent notre relation avec l’argent.

Bonjour Alexander, j’aime beaucoup votre arrière-plan. Qu’est-ce que c’est ?

C’est le Mont Blanc, dans les nuages. J’ai peint ce tableau la semaine dernière au sommet de la montagne.

L’entretien avec Alexander Inchbald se déroule via Zoom. En arrière-plan, vous pouvez voir une photo d’un paysage de montagne enneigé, et à côté, une œuvre d’art posée sur un chevalet. La toile noire se détache fortement du fond clair.

h

Le tableau du Mont Blanc d’Inchbald fait partie de la série When I Was Black.

Pour une peinture d’une montagne enneigée, elle semble vraiment sombre.

C’est sombre. C’est du noir sur du noir. Ma série actuelle s’appelle When I Was Black. Cette série s’inspire de ma mission plus large, qui consiste à changer le climat d’iniquité. C’est ce qui m’est venu. C’est donc ce que je fais en ce moment, peindre sur l’iniquité et le climat. Je suis convaincue que pour améliorer le climat, nous devons résoudre la question de l’iniquité, et nous ne pouvons pas résoudre l‘iniquité tant que nous ne nous rééquilibrons pas.

Donc, avec votre art, vous voulez changer cette conversation ?

Exactement. En tant qu’ « artiste de l’extrême », je peins des paysages dans des conditions extrêmes. Toutes mes peintures ont pour thème l’illusion de l’identité. Je veux montrer que l’identité n’est pas ce que nous sommes. Nous sommes un esprit avec une identité, pas une identité avec un esprit. En fait, je crois que l’on peut vraiment choisir et créer l’identité que l’on veut.

Au cours de la conversation, Alexander change d’arrière-plan et me montre de magnifiques paysages du monde entier avec les œuvres qu’il a peintes. Chaque peinture est accompagnée d’une histoire. Il montre une peinture devant le Mont Fuji au Japon, où la nature a interféré avec son plan original de peindre un reflet parfait dans le lac. Un autre tableau a été créé pendant des vents violents en Provence, et un troisième au milieu d’une tempête de neige où le blizzard était si fort qu’il ne pouvait même pas voir la toile.

Pourriez-vous nous en dire un peu plus ? Je comprends que vous peignez des paysages, mais en fait, vos œuvres portent sur la nature humaine et l’identité ?

Eh bien, laissez-moi vous raconter une histoire. Cela s’est passé il y a six ans au Japon. Je me suis rendu au pied du Mont Fuji avec l’idée de peindre un reflet parfait de celui-ci dans un lac, deux triangles inversés – le Mont Fuji à l’endroit et son reflet, inversé. J’avais tout prévu, y compris une session de diffusion en direct du processus de création via Periscope, donc la date et l’heure étaient fixées.

Mais lorsque je suis arrivé sur place, au lac, et que j’ai voulu commencer à peindre, j’ai remarqué que les vents commençaient à se lever, créant des ondulations sur le lac.

Au début, je ne me suis pas trop inquiété. J’ai continué mes préparatifs et installé la caméra vidéo. Mais les vagues ne se sont pas calmées. J’ai donc commencé à peindre quand même, avec environ 300 personnes qui me regardaient. Pendant le processus de peinture, les vagues sont devenues de plus en plus fortes. C’était un défi, car il est plus difficile de peindre des vagues que de peindre une surface calme et plane.

Comment cela se fait-il ?

Les vagues sont difficiles à peindre parce qu’elles sont en mouvement. Vous devez ralentir votre esprit pour être capable de voir comment elles bougent, ce qui demande beaucoup d’efforts et de concentration. J’ai terminé le tableau après environ six heures. Mais j’étais frustré, car ce n’était pas le tableau que j’avais l’intention de peindre à l’origine. Sur le chemin du retour, alors que je marchais le long du lac, j’ai croisé un Japonais. Il portait un T-shirt avec trois mots écrits dessus en anglais, disant : « Don’t create waves » (ne pas faire de vague). Cela m’a vraiment frappé. Et cela m’est arrivé encore et encore.

h

Alexander Inchbald devant l’une de ses peintures de la série When I Was White. Son projet initial était de peindre le reflet du Mont Fuji dans le lac, mais Mère Nature a eu sa propre idée.

Vous voulez dire ce genre de coïncidences ?

Je préfère les appeler des synchronicités. Elles se produisent tout le temps, et vous pouvez les voir comme des signes que nous créons notre réalité en permanence.

Laissez-moi le dire différemment : nous créons notre réalité tout le temps. C’est juste que vous ne voyez que vous le faites que lorsqu’une synchronicité se produit. Mes expériences de peinture m’ont montré comment la « matrice » est construite et comment nous pouvons changer la matrice littéralement avec nos pensées.

« Nous créons notre réalité en permanence. »

Dans votre « Masterpiece Program », vous aidez les gens à identifier leur but, à libérer leur créativité et à donner vie à leurs « chefs-d’œuvre ». Comment vos peintures ont-elles inspiré ce programme ?

Tout dans le « Masterpiece Program » est basé sur mes expériences de peinture dans des endroits extrêmes, et j’ai ressenti le besoin de partager cela avec les autres. En peignant dans la nature, j’ai appris que tout ce à quoi vous résistez, vous résiste aussi. Et j’ai aussi appris à laisser tomber la résistance. Peu importe que ce soit au vent, à la neige, à la pluie, aux nuages, à une entreprise ou à une autre personne. Tout cela n’est finalement qu’une résistance à l’intérieur de vous.

Que voulez-vous dire par là ?

La plupart du temps, nous pensons que ce à quoi nous résistons est extérieur à nous. Nous le faisons avec l’argent, avec les gens, avec les organisations, même avec la culture. Nous résistons à tout ce que nous considérons comme extérieur à nous – ou non « nous ».

Grâce à la peinture, j’ai réalisé comment on peut donner vie à un « chef-d’œuvre », en fait, comment on peut faire en sorte que tout fonctionne. J’ai vu comment on peut avoir une relation amoureuse. J’ai vu comment on peut travailler en équipe. J’ai vu comment vous pouvez travailler en tant qu’organisation. J’ai vu comment l’organisation peut travailler avec d’autres organisations. J’ai vu comment nous pouvons résoudre le problème du changement climatique et des inégalités. J’ai appris que toute résistance se trouve en fait à l’intérieur de nous. Lorsque nous cessons de résister à la résistance, nous commençons à voir le lien entre tous ces éléments. C’est beaucoup plus facile, et aussi beaucoup plus difficile que nous le pensons. C’est beaucoup plus facile parce que nous n’avons rien à faire.

Avez-vous un exemple tangible de cela ? Peut-être même dans le contexte de l’argent et de la création de richesse, parce que je peux imaginer qu’il y a beaucoup de résistance autour de l’argent.

Oui, vous avez raison, la plupart d’entre nous ont une forme de résistance à l’argent. Soit nous rejetons l’argent et le repoussons inconsciemment, soit nous sommes dépendants de l’argent. Souvent, c’est précisément cette relation difficile avec l’argent qui nous empêche de créer notre « chef-d’œuvre » et de réaliser notre vision.

Alexander Inchbald, artiste de l'extrême, explique comment surmonter votre résistance à l'argent.

Alexander Inchbald peignant le Cervin.

Alexander Inchbald

Alexander Inchbald dans son rôle d'orateur.

Comment pouvons-nous surmonter cette résistance à l’argent ?

Nous sommes nombreux à parler d’indépendance financière. En d’autres termes, nous pensons que lorsque nous aurons suffisamment d’argent, nous serons indépendants. La vérité est que vous n’aurez jamais assez d’argent pour être indépendant, car si vous êtes dépendant de l’argent, alors vous aurez toujours besoin de plus d’argent, et vous ne serez jamais vraiment satisfait.

Si vous parlez à des multimillionnaires ou des milliardaires et que vous leur demandez : avez-vous assez d’argent ? Et que ces personnes n’ont pas résolu leur relation à l’argent, elles vous diront qu’elles n’ont pas assez d’argent. Si vous êtes dépendant à l’argent, vous ne connaîtrez jamais l’indépendance financière.

« Si vous êtes dépendant à l'argent, vous ne connaîtrez jamais l'indépendance financière. »

Vendez-vous aussi vos photos ?

Oui, absolument. La série When I was Black se vendra vingt-cinq mille dollars. Mon projet pour cette nouvelle série est de créer un NFT autour des photos et de partager toute l’histoire, toute la narration de la façon dont nous les avons créées.

Laissez-moi vous expliquer brièvement : un NFT est un jeton non-physique, c’est-à-dire une entité numérique unique et enregistrée sur la blockchain pour toujours. C’est un sujet brûlant pour les créateurs, au moins depuis que l’artiste numérique Beeple a vendu une œuvre d’art NFT pour 69 millions USD en mars dernier. Alors Alexander, qu’est-ce qui fera partie de votre offre NFT ?

Le NFT sera une vidéo en temps réel du processus de peinture. Presque tous les tableaux que j’ai peints sont accompagnés d’un time-lapse, parce que j’ai peint dans des endroits plutôt cools dans le monde entier. Les time-lapses sont plutôt cools. Avec la NFT, je peux non seulement vendre l’œuvre d’art, mais aussi l’acte de sa création.

Pour illustrer ce à quoi ressemble une vidéo en accéléré, Alexander m’en montre une partie. On le voit peindre et expliquer comment on peut se connecter à la nature.

Que signifie pour vous la richesse au-delà de l’argent ?

Pour moi, la richesse au-delà de l’argent concerne la santé, la vie amoureuse, la création de votre « chef-d’œuvre » et, ce faisant, le rééquilibrage de nous-mêmes pour rééquilibrer la planète. C’est ça la vraie richesse pour moi.

Merci beaucoup pour cette conversation intéressante, Alexander ! Je vous souhaite le meilleur pour la suite.

 

***

Avis de non-responsabilité :

Alpian a déposé une demande de licence bancaire complète auprès de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d’information. Vous ne devez pas considérer ces informations comme des conseils juridiques, fiscaux, d’investissement, financiers ou autres.

A propos de l'auteur
Insa Schniedermeier
Insa Schniedermeier

Insa est content strategist, journaliste et professeure de yoga, basée à Berlin. Issue du monde du business, Insa a décidé de devenir écrivaine et blogueuse il y a 5 ans. Elle a depuis écrit pour de nombreux magazines tels que Business Punk, VICE, Fit For Fun, enorm, etc. Dans son rôle de rédactrice en chef d'i-vest, elle essaie toujours de créer de la valeur en partageant des histoires sur la croissance personnelle, la durabilité, les créateurs inspirants et les fondateurs d'entreprise.