Recherche de

Talk Exchange

Les femmes et le patrimoine – Comment faciliter l’accès à l’information

byVictoria Marmillod
parVictoria Marmillod
Victoria Marmillod

Que vous cherchiez à constituer votre patrimoine, à investir pour votre retraite ou à financer de grands projets, l’investissement peut être la clé pour créer l’avenir que vous souhaitez.

Mais, pour investir, il est préférable d’avoir d’abord accès à des informations sur le monde de la finance et de l’investissement. Et quand on est une femme, on peut avoir l’impression de ne pas avoir suffisamment accès à ces connaissances ou qu’elles ne nous sont pas transmises correctement.

Nous avons discuté avec Marie Ribbelöv, Head of Clients Success chez Alpian, pour savoir pourquoi l’éducation financière est particulièrement importante pour les femmes et pourquoi les conseillers financiers doivent s’assurer de répondre réellement aux questions et aux préoccupations des femmes.

VM : Bonjour Marie. C’est un plaisir de te parler. Tout d’abord, pourrais-tu te présenter, nous expliquer ton parcours dans la finance et ta relation avec la clientèle ?

MR : Bien sûr ! Je suis maman de trois enfants qui travaille à temps plein. Je comprends parfaitement les difficultés que rencontrent les femmes qui jonglent entre leur carrière et leur famille. La famille est toujours au centre de vos préoccupations, le bonheur de vos enfants, leur éducation, leur bien-être. Pouvoir combiner cela avec une carrière intéressante dans la finance est une grande opportunité et un défi stimulant, à la fois en termes d’orientation dans votre rôle professionnel quant à la manière dont la finance doit évoluer, mais aussi en termes d’orientation en tant que parent dans l’éducation de vos enfants.

D’un point de vue plus professionnel, j’ai travaillé dans la finance toute ma vie. J’ai obtenu une maîtrise en économie et en finance. J’ai d’abord commencé dans le conseil en gestion, en conseillant des banques, puis je suis passé dans le secteur bancaire.

Intéressant ! Pourrais-tu nous parler un peu plus de ta vie professionnelle ? Comment es-tu devenue Head of Client Success Client chez Alpian ?

J’ai travaillé à la Deutsche Bank pendant 12 ans. J’ai progressivement évolué de la direction d’une équipe opérationnelle dans le domaine de la gestion de patrimoine privé à celle de conseiller de clients fortunés et très fortunés en Grèce et en Turquie.

Ensuite, je suis passée chez Pictet Wealth Management, où j’ai travaillé en tant que Business Manager sur la plateforme d’investissement mettant en œuvre le rôle de spécialiste en investissement et en tant que Product Manager sur différents produits d’investissement.

J’ai rejoint Alpian en octobre 2020. Je l’ai rejoint parce que je crois en la démocratisation de la Banque Privée, en la rendant accessible à d’autres segments de clientèle et en démystifiant la finance pour qu’elle soit plus compréhensible et transparente. Élevée en Suède où la fintech est prédominante, j’ai vu et bénéficié de plateformes numériques performantes, je pense donc qu’il y a une grande opportunité dans d’autres parties du monde.

Je pense que pour les femmes, en particulier, il est très important de prendre la responsabilité de son avenir financier : Personne d'autre ne peut le faire à ta place. Tu dois le faire toi-même et être maître de ton propre avenir. Il est vraiment important de faire passer ce message aux femmes.

Une partie de tes aspirations est d’éduquer plus de femmes sur la finance et l’investissement. Pourquoi penses-tu qu’il est important d’aider les femmes à prendre en charge leurs finances et leurs investissements ?

Je pense que pour les femmes, en particulier, il est très important de prendre la responsabilité de son avenir financier : Personne d’autre ne peut le faire à ta place. Tu dois le faire toi-même et être maître de ton propre avenir. Il est vraiment important de faire passer ce message aux femmes.

Il est également important de penser à commencer tôt ton parcours d’investissement. Si tu commences tôt, tu pourras peut-être te permettre de prendre un peu plus de risques grâce à l’horizon d’investissement plus long dont tu disposes en tant que jeune investisseuse. Cela permettrait également aux femmes d’être un peu plus à l’aise et expérimentées dans le domaine de l’investissement.

Avec mon travail, je veux surtout toucher toutes les jeunes femmes qui ont terminé leurs études et se lancent dans leur carrière. C’est le moment de vraiment penser à l’avenir. C’est là que le secteur bancaire aura un rôle important à jouer en adoptant une approche fondée sur le cycle de vie lorsqu’il conseille les investisseuses. Étant donné qu’en moyenne, les femmes feront une pause dans leur carrière ou travailleront potentiellement à temps partiel à un moment de leur vie.

Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur le principe de l’investissement basé sur le cycle de vie ?

Oui, bien sûr. Je définirais l’investissement dans le cycle de vie comme les différentes étapes de la vie d’une personne. Par exemple, lorsqu’une femme commence à travailler, elle aura probablement un salaire plus faible, vers l’âge de 25 ans. À ce moment-là, elle pourrait travailler avec un horizon d’investissement un peu plus long et, par conséquent, être capable de prendre un risque plus élevé. En commençant tôt son parcours d’investissement, l’investisseuse aura plus d’options pour la phase suivante du cycle de vie et disposera d’un meilleur tampon d’investissement.

Lorsque nous passons à la phase suivante, où les femmes peuvent avoir une famille, elles peuvent interrompre leur carrière ou travailler à temps partiel. Elles devront reconsidérer et très probablement adapter le profil de risque de l’investisseur à un profil plus équilibré. La génération de revenus va probablement diminuer. Et nous devrons peut-être examiner comment nous pourrions, dans ce cas, compenser cette baisse de revenus, et nous pourrions chercher des stratégies génératrices de revenus pour compenser. Cela pourrait donc être la stratégie pour la jeune femme d’âge moyen.

Ensuite, les phases suivantes concerneront davantage la partie senior de la vie. Certaines femmes terminent leur carrière en travaillant à temps plein, avec des revenus plus importants, et peuvent se permettre d’ajouter du risque à leur profil de risque, elles seront très probablement des investisseurs plus à l’aise et plus confiants à ce stade. Enfin, lorsque les femmes approchent de la retraite, leur capital de base sera très probablement plus important, le profil de risque devrait être adapté à un profil plus conservateur et orienté vers des stratégies d’investissement plus liées aux revenus.

Pourquoi penses-tu que les femmes sont moins enclines à investir et à prendre réellement des risques comme les hommes ?

Tout d’abord, je pense que la terminologie n’est probablement pas la plus adaptée aux investisseuses. Il y a aussi un manque de confiance des femmes dans l’ensemble de la communauté des investisseurs.

Je pense que la communauté des investisseurs n’a pas fait les efforts nécessaires pour aider les femmes à se lancer dans l’aventure de l’investissement, par exemple en s’associant avec des femmes, en trouvant le vocabulaire correct ou en trouvant des produits qui sont essentiellement adaptés aux investisseuses.

Je pense que la communauté bancaire et la communauté des investisseurs doivent vraiment changer de ce côté-là, pour être en mesure de fournir des plans d’investissement plus adaptés aux femmes investisseurs également. Il faut vraiment prendre le temps de s’asseoir avec une femme et de comprendre ses objectifs personnels. La femme investisseuse doit s’attendre à être totalement à l’aise et en confiance avec sa stratégie d’investissement afin de pouvoir se concentrer sur ce qui est important pour elle dans sa vie.

Le monde de la banque et de l’investissement commence lentement à changer. Beaucoup de nouvelles ressources comme les sites web, les apps ou les services sont destinés aux femmes et aux femmes investisseurs. Pensez-vous qu’il soit possible d’aider les femmes à faire partie de cette communauté ?

Je pense que ce qui se passe actuellement dans le domaine financier est une opportunité pour les femmes de démocratiser l’ensemble du domaine financier et de créer un terrain de jeu équitable pour les femmes.

C’est une opportunité énorme. J’aimerais vraiment examiner comment nous pourrions créer des réseaux pour les femmes, des partenariats dans la communauté des investisseurs, des clubs d’investissement social, éventuellement un programme de mentorat, ou même travailler sur des webinaires ou des débats d’experts, comme nous l’avons fait en mars avec Female Fintech Futures.

Je pense donc qu’il existe une grande opportunité de s’associer à différents acteurs pour aider les femmes à atteindre le même niveau que les hommes, afin qu’elles puissent réellement maîtriser l’ensemble du domaine de la finance.

Supposons que vous puissiez revenir au début de votre carrière. Quel genre de conseil vous donneriez-vous ?

Je me dirais de m’associer à quelqu’un qui me donne de bons conseils tout en me mettant un peu au défi, quelqu’un qui me guide dans une perspective à plus long terme et m’aide à planifier, en m’ouvrant les yeux sur la meilleure façon de structurer mes investissements afin de mettre en place la meilleure stratégie pour moi.

Mais aussi de garder à l’esprit que je dois me récompenser : Une fois par an, je retirerais un certain pourcentage, en achetant quelque chose dont j’ai envie, en faisant plaisir à mes proches avec un beau voyage en famille, en contribuant à une bonne cause,… L’investissement est une question de discipline et de rigueur, mais il devrait être gratifiant à la fois à court et à long terme.

Pensez-vous qu’il est plus important pour les femmes d’avoir une autre femme comme conseiller, ou que nous devrions plutôt travailler à éduquer les hommes pour qu’ils puissent conseiller correctement les femmes ?

Je pense que nous devons travailler sur les deux stratégies. Les investisseuses apprécieront certainement d’avoir des conseillères pour les guider, tandis que d’autres apprécieront vraiment les conseils des hommes.

Nous devons nous assurer qu’une femme investisseuse obtiendra le même service, le même accès aux connaissances et les mêmes conseils, qu’elle soit en présence d’un conseiller masculin ou féminin.

En réalisant une enquête il y a quelques semaines, nous avons constaté que les raisons pour lesquelles les femmes et les hommes choisissent de ne pas investir sont différentes. Les femmes n’investissent pas parce qu’elles pensent qu’elles n’en savent pas assez pour le faire. On peut donc dire qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème de ressources. Il s’agit également d’un problème sociologique et éducatif, les femmes n’ayant pas suffisamment confiance en leurs aptitudes et en leurs connaissances. Diriez-vous que la communauté financière doit commencer à travailler avec les enfants ou les adolescents sur les ressources financières pour les jeunes hommes et femmes ?

Oui, sans aucun doute. L’aspect éducatif sera très important pour véritablement égaliser les chances entre les hommes et les femmes. Plus tôt nous commencerons, mieux ce sera pour nous. De mon point de vue, en tant que mère et professionnelle de la finance, nous pouvons faire beaucoup plus pour améliorer la santé financière dès le plus jeune âge. Les avantages sont énormes.

Merci beaucoup pour votre temps, Marie !

Vous voulez en savoir plus sur les placements ? Nous avons créé une Masterclass gratuite de 10 jours par e-mail pour vous enseigner les bases du succès en matière d’investissement. Commencez dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

> Masterclass

Avertissement : Alpian a soumis une demande de licence bancaire complète à l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

Le contenu de cette publication est uniquement à titre informatif, vous ne devez pas considérer ces informations comme des conseils juridiques, fiscaux, d’investissement, financiers ou autres.

A propos de l'auteur
Victoria Marmillod
Victoria Marmillod

Victoria is a Berlin-based social media manager and content writer. For the past five years, she’s written and managed a blog reviewing books, movies and recipes. She joined the i-vest team in 2021, writing for both the i-vest website and the i-vest social media accounts.