fbpx
La Masterclass
fr
Cutting up courgette - invest in sustainable food
Quel est l’impact de votre alimentation sur votre empreinte carbone ? Comment manger plus durablement ? Comment faire des choix éclairés au supermarché ?

Toutes ces questions peuvent sembler difficiles au départ, mais il est facile d’y répondre avec un peu de recherche et l’envie de vouloir changer. Dans le texte qui suit, j’ai essayé de vous donner mon point de vue sur certaines de ces questions de durabilité, sans garantie d’exhaustivité. C’est un sujet brûlant sur lequel beaucoup d’entre nous sont d’accord ou non, mais il y a trois choses incontournables sur lesquelles nous devrions tous nous accorder lorsqu’il s’agit d’adopter un mode de vie plus durable : réduire, réutiliser, recycler.

Si vous voulez réduire votre empreinte carbone, commencez toute idée de repas en vérifiant d’abord le calendrier des fruits et légumes de votre région.

Faites passer les produits saisonniers et régionaux avant la recette

Il fait toujours beau en Californie, mais n’oublions pas que nous vivons en Suisse.
Vous vous souvenez peut-être de ce plat génial que vous avez dégusté lors d’un dîner il y a trois mois ? Je comprends parfaitement que vous ayez envie de le reproduire et de montrer à vos invités vos talents culinaires. Cependant, si vous avez dégusté ce plat en juin et que nous sommes maintenant en novembre, vous devriez peut-être adapter la recette et envisager d’autres ingrédients. Chaque saison a sa gamme spécifique de produits, alors commencez par mettre ce concept en avant. Ne vous contentez pas de prendre une recette et d’aller faire les courses sans avoir consulté un calendrier saisonnier pour savoir ce qui est fraîchement disponible. Tout le monde sait qu’il n’y a pas de fraises en janvier et que l’on ne peut pas trouver d’asperges en septembre ; ce ne sont là que quelques-uns des nombreux produits que l’on peut acheter plus ou moins toute l’année et que la nature n’a pas prévu d’avoir toujours en saison. Cette demande autorisée de produits hors saison n’aide pas l’empreinte carbone.

En faisant vos courses au marché local, vous obtiendrez principalement des produits régionaux de saison, mais si vous n’avez pas le temps ou si vous préférez aller au supermarché, prenez le temps d’étudier l’étiquette « origine ». Si vous voulez réduire votre empreinte carbone, commencez toute idée de repas en vérifiant d’abord le calendrier des fruits et légumes de votre région. Trouver des produits de base qui se conservent facilement toute l’année n’est pas un problème, mais vous n’avez peut-être pas envie d’acheter des pommes qui sont stockées dans un entrepôt frigorifique pendant des mois, ce qui consomme beaucoup d’énergie. Vérifiez simplement avant de faire vos courses les produits qui sont disponibles en ce moment. Placez vos recettes dans le bon ordre saisonnier (hiver, printemps, été, automne). Ne commencez pas par une recette fantaisiste qui a l’air et qui sonne bien, commencez par les produits, frais et locaux que la nature a voulu que vous vous procuriez !

sustainable food cutting tomatoes during the summer

Choisir son combat

« Tout est poison et rien n’est poison, seule la dose fait le poison » – Paracelse. Ajoutons un peu de contenu et de contexte à cette citation importante. Chaque type de régime alimentaire a un impact sur la planète, sous une forme ou une autre, mais vous pouvez choisir l’ampleur de cet impact. Un Européen, en moyenne, consomme environ 65 kg de viande par an, soit 1,25 kg par semaine. La production de viande, notamment de bœuf et d’agneau, génère le plus de gaz à effet de serre et a un impact considérable sur la déforestation et l’utilisation de l’eau. D’autre part, la production de soja (utilisé principalement pour l’alimentation du bétail) et d’huile de palme (que l’on trouve aujourd’hui dans la plupart des aliments transformés) sont les deuxième et troisième raisons de la déforestation des forêts tropicales. Même la production d’aliments sains tels que les noix, le quinoa et les avocats a des répercussions négatives sur l’environnement, car ils sont souvent produits dans des conditions douteuses.

Sommes-nous donc tous condamnés à adapter la photosynthèse pour avoir une planète vivable à l’avenir ? Non ! Tous ces faits que je viens de mentionner sont destinés à démontrer qu’il n’existe vraiment aucun régime qui ne nuise à personne ou à rien. Comme je l’ai déjà dit, vous pouvez choisir l’ampleur de votre impact ou la dose qui fait le poison. Si vous êtes un amateur de viande, réduisez votre consommation : au lieu de manger 3 à 4 fois par semaine un repas à base de viande, ne le faites qu’une ou deux fois. Soyez conscient de votre consommation : votre sandwich de ce matin contenait-il du jambon ? Avez-vous besoin de bacon dans votre salade ? Toutes ces petites choses s’additionnent au fil de l’année. Vous ne pouvez pas vivre sans votre toast à l’avocat le matin ? Mangez-le une fois par semaine et il aura meilleur goût parce que vous l’attendrez avec impatience. Le quinoa pousse aussi en Europe. Il est peut-être un peu plus cher, mais son impact sur la planète est nettement meilleur.

Vous ne devez donc pas tout faire en même temps, mais commencez par vérifier l’impact de certains de vos aliments à l’aide d’un calculateur d’empreinte carbone. Vous seriez surpris du résultat. 100g d’avocats du Pérou ou 100g de poulets biologiques de Suisse – lequel a le plus grand impact ? (Spoiler : le poulet !)

Ne pensez pas que parce que vous êtes végétalien, vous êtes totalement exempté. Vérifiez les ingrédients de vos falafels préfabriqués ou de vos substituts végétaliens à la viande, beaucoup contiennent de l’huile de palme, alors pourquoi ne pas préparer vous-même vos substituts végétaliens la prochaine fois ? Personne ne peut être à la hauteur de tous les conseils et de toutes les nouvelles, mais vous pouvez appliquer quelques règles empiriques à votre alimentation quotidienne : mangez frais, local, de saison, le moins transformé possible et une variété de produits. Vous pouvez même vérifier votre impact carbone sur votre téléphone portable.

Environ un tiers des aliments achetés en Suisse sont jetés. Tout le monde peut réduire considérablement son empreinte carbone en n’achetant que les aliments qu’il va réellement consommer.

Soutenez votre marchand de produits locaux

Jusqu’à présent, nous avons abordé la question de savoir quand acheter certains aliments et à quelle fréquence les consommer. Mais où acheter des aliments en général ? Le choix le plus pratique est bien sûr le supermarché du coin, mais est-ce le choix le plus durable ? Les achats en ligne sont-ils mauvais ? Quelles seraient les alternatives appropriées ?

Commençons par le commencement. Avant d’acheter de la nourriture, assurez-vous que vous en avez vraiment besoin. Environ un tiers des aliments achetés en Suisse sont jetés. Tout le monde peut réduire considérablement son empreinte carbone en n’achetant que les aliments qu’il va réellement consommer. En ce qui concerne les supermarchés, le choix est assez large en Suisse. Les deux plus grandes chaînes ont leurs propres programmes pour réduire l’empreinte carbone de leur chaîne d’approvisionnement. Au supermarché, c’est à vous de faire le choix d’acheter des produits locaux et de saison. Faites vos recherches et prenez vos décisions en connaissance de cause.

Comme indiqué précédemment, le marché local frais est le meilleur choix. Acheter des fruits et légumes sur les marchés vous permet de découvrir des choses que vous ne trouveriez pas normalement dans un supermarché ordinaire, avec des variétés de produits différentes dont vous ne soupçonnez peut-être même pas l’existence. Si vous cherchez une alternative aux supermarchés pour vos aliments de stockage à sec, allez voir les magasins de vrac. Les produits ne sont pas emballés et vous pouvez réduire les déchets plastiques en apportant vos propres contenants.

Et si vous faisiez vos courses en ligne ? Les études sur ce sujet ne sont pas très claires et cela dépend vraiment de ce que vous achetez et de la rapidité avec laquelle vous souhaitez être livré à votre domicile. Remplir votre réserve sèche d’aliments biologiques durables que vous ne pouvez pas trouver au supermarché local peut réduire votre impact. En revanche, commander des produits frais et surgelés livrés le plus rapidement possible peut augmenter votre impact. Comme toujours, c’est à vous de choisir !

Note : Cet article a été publié pour la première fois sur le blog EHL Insights.

Cet article fait partie d’une série d’articles qui propose au public des alternatives durables pour améliorer notre environnement, nos sociétés et le monde en général.

Depuis sa création, la durabilité est au cœur de la vision d’Alpian pour un monde meilleur, et nous avons pris des mesures pour faire partie de la solution. En tant qu’organisation, nous nous sommes engagés à fonctionner de manière durable en adhérant aux normes mondiales les plus élevées. Par exemple, nous avons intégré des formes tangibles et significatives de capture et de séquestration du carbone dans l’expérience Alpian. C’est un moyen de contribuer positivement à l’environnement.

Restez à l’écoute pour de plus amples informations à ce sujet.

***

Avis de non-responsabilité :
Alpian lancera ses services peu après l’entrée en vigueur de sa licence bancaire et sera disponible pour le public au troisième trimestre de 2022. 
Le contenu de toute publication sur ce site web est uniquement destiné à des fins d’information.

À propos de l'auteur

Ehrhard Busch est issu d’une famille allemande de restaurateurs. Après son apprentissage de cuisinier et ses études universitaires à Munich, ses qualifications l’ont conduit dans des restaurants étoilés au Michelin à Paris et à Londres. Il travaille aujourd’hui à l’EHL, en Suisse, où il a lancé, il y a quatre ans, le « Coin vert » de l’école, qui propose un menu végétarien/végétalien aux étudiants et au personnel. Ehrhard se décrit lui-même comme « un végétarien à tendance végétalienne ».

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience.